chalethotel top

  • Vielle photo d'Ailefroide
  • Photo du chalet hotel d'Ailefroide Pays des Ecrins 1900-1910
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5

Histoire

L’ancienne architecture du hameau d’alpage a pratiquement complètement disparu, seules une ou deux bâtisses rappellent encore cette époque, la chapelle Saint-Pierre et Saint-Paul qui date probablement de 1567 est surement le plus vieux bâtiment. L’hôtel d’Ailefroide a été construit en 1896 par Pierre Rolland, inauguré le 10 juillet 1898, puis agrandi en 1931 peu de temps avant l’ouverture de la route en 1932.

Aujourd’hui empierré et boisé, le pré de Madame Carle était autrefois une belle prairie, appartenant à une dame Carle (XVIe siècle). Veuve d’Antoine Carle, conseiller au parlement de Grenoble, et mère de 10 enfants, elle administra son patrimoine, dit-on, avec intelligence.

Le passé de Pelvoux est aussi animé par de célèbres arpenteurs des cimes, comme Durand, Puiseux, Tuckett, Whymper, Coolidge… qui gravirent les premiers les sommets du massif. Quelques-uns de ces noms, baptisant les sommets, restent gravés dans le paysage. Les refuges, anciens ou modernes, sont indissociables de l’histoire de l’alpinisme, ils font également partie du patrimoine de Pelvoux.

Cette maison, le Chalet hôtel d’Ailefroide, chargée d’histoire, a vu donc passer depuis plus d’un siècle les plus grands alpinistes et continue de perpétuer les valeurs d’hospitalité et de convivialité propres aux pays de montagne.

L’hôtel fut construit en partenariat avec la compagnie des chemins de fer qui à cette époque était en plein développement. Une ligne reliait directement Ailefroide à Paris, permettant à la communauté scientifique de venir explorer le parc des Ecrins.

Dans les années 60 des capitaines d’industrie telles que André Citroën, amoureux de la montagne, venaient se ressourcer au chalet.

Les recherches archéologiques confirment la fréquentation et l’occupation de la moyenne et de la haute montagne dès la préhistoire (9000-3000 avant notre ère). La présence de structures pastorales d’altitude est également identifiée dès le milieu du IIIe millénaire avant notre ère.